Vélo à Orléans : les points noirs selon les usagers

La fédération française des usagers de la bicyclette (fub) propose désormais, en plus de son baromètre des villes cyclables, une carte interactive recensant les « points noirs » du vélo, qui représentent les endroits où les utilisateurs ont constaté le plus d’inconfort dans leur déplacements.

Pour la première fois, une carte interactive des points noirs

Le baromètre des villes cyclables, lancée pour la première fois en 2017 par la fub, a pour but de permettre aux utilisateurs de vélo d’évaluer la cyclabilité de leur ville. Les résultats peuvent ensuite servir aux collectivités pour répondre au mieux au besoins des citoyens souhaitant se déplacer avec ce mode de transport.

Cette année, la fub relance son enquête et y ajoute au passage un nouvel outil. En effet, pour la première fois depuis sa création il y a 2 ans, le baromètre de villes cyclables s’accompagne maintenant d’une carte interactive.

Les utilisateurs peuvent directement avoir accès aux données recueillies. Ceci permet de visualiser de manière pratique les emplacement les plus signalés pare les utilisateurs de vélo. Sont mis à l’index leur inconfort, leur dangerosité ou encore leur manque d’aménagements adéquats.

Avenue Dauphine et pont Georges V : le coeur du problème

Classée 13ème sur 29 dans la catégorie des villes ayant entre 100 000 et 200 000 habitants en 2017, Orléans ne faisait pas partie des communes où le climat cyclable était le plus agréable. Deux ans plus tard, où en sommes-nous ?

De ce que l’on peut tirer de cette carte, avant la publication des résultats définitifs, c’est que la zone s’étendant du pont Georges V jusqu’à l’avenue Dauphine pose toujours autant problème. Cette zone compte un peu plus d’une centaine de signalements par les usagers de vélos.

Ce point noir, où une cycliste avait même déjà été renversée en 2016, concentre particulièrement la colère des utilisateurs, qui dénoncent la trop grande proximité de la piste cyclable avec les voitures.

Un projet de passerelle avait été proposé par Olivier Carré, maire et président de la Métropole, avant d’être finalement abandonné, puis reconsidéré. D’après Monsieur le maire, le projet de passerelles est d’ores et déjà acté, même s’il n’apporte pas plus de précision sur la date de début des travaux.

Les points noirs du Nord d’Orléans et des grands boulevards

Un autre des points les plus signalés sur la carte est le carrefour où se rencontrent la rue du Faubourg Bannier, le boulevard Rocheplatte, le boulevard Alexandre Martin, et la rue Bannier.

Ici, on constate 90 signalements, et ce en dépit des travaux de marquage effectués en août 2018 pour aménager des pistes cyclables. Ces travaux avaient déjà été vivement critiqués par le collectif Vélorution. Il avait dénoncé leur dangerosité et leur manque de praticité pour les cyclistes.

Au sud et vers Olivet

Plus au sud de la ville, du côté d’Olivet, qui s’est classée deuxième dans la catégorie des villes de 20 à 50 000 habitants en 2017, quelques points peuvent tout de même être relevés. Entre l’avenue du Parc Floral et la rue de La Source, 42 points noirs ont été signalés par les utilisateurs.

Les résultats de cette grande enquête n’étant révélés que le 6 janvier prochain, aucune comparaison n’est encore possible par rapport aux chiffres des précédentes années, mais avec la multiplication des travaux que l’on remarque un peu partout dans la commune et l’annonce par le maire de projets qui devrait se réaliser à court terme, la ville et la Métropole semblent engagées à améliorer le confort des usagers de vélos, dont le nombre ne cesse d’ailleurs d’augmenter.