OLB en Jeep Elite : où se situe le club à l’aube d’une saison redoutable ?

2 ans après sa descente en Pro B, l’OLB (Orléans Loiret Basket), le club de basket professionnel d’Orléans remonte en Pro A, désormais nommée Jeep Elite. Ainsi, la capitale de la région Centre de profiter d’une visibilité nationale dans un sport majeur.

Mais le plus dur reste à faire. SI l’OLB disposait du plus gros budget de Pro B en 2018-2019, il fait désormais figure de petit poucet de la première division face aux écuries que sont Lyon, Le Mans ou Monaco selon le rapport financier de la LNB.

Quel budget pour l’OLB en 2019-2020 ?

Pour son retour dans l’élite, l’OLB table sur un budget de 4,5 millions d’euros. C’est 750.000 euros de plus que pour la saison 2018-2019. L’OLB se classe parmi les six plus petits budgets du championnat de basket-ball français.

L’objectif du club étant le maintien en Jeep Elite, la tâche s’annonce ardue d’autant que, passage à 16 clubs oblige, 3 clubs descendront en Pro B à l’issue de la saison. Une coupe franche fort douloureuse et un couperet des plus stressant.

Le budget 2018/2019 était de 3,7 millions d’euros. Le plus petit budget de Jeep Elite est celui de Fos à 3,1 millions d’euros.

Combien le club coûte t’il au contribuable ?

La mairie d’Orléans (la Métropole depuis cette année) alloue un peu plus d’un million d’euros à l’OLB chaque saison. Une rallonge de 300.000 euros sera versée au club au titre d’une subvention exceptionnelle en vue du maintien.

La Métropole a grand intérêt à ce que le club soit attractif car c’est lui qui sera chargé de remplir – en grande partie – le futur stade du Co’Met actuellement en construction. Un investissement majeur pour la communauté orléanaise.

Du reste, l’OLB est à ce jour le seul et unique club sportif pensionnaire de l’élite française, toutes disciplines confondues pour les sports collectifs majeurs (foot, basket, hand, volley, rugby). Le joyau de la couronne en quelque sorte.

Fréquentation des matchs et prix des places

L’attrait d’une discipline sportive se mesure au nombre de places vendues les soirs de matchs. Ainsi, à l’échelle de la pro A et de la Pro B, l’affluence cumulée des matches de la saison régulière (hors phases finales) pour la saison 2013-2014 était de 1,9 millions spectateurs avec un peu plus de 17.000 abonnés en Pro A et 8.000 en Pro B.

Les tarifs des places augmenteront-ils avec le passage en Pro A ? Pour le moment aucun chiffre n’a filtré mais il est probable que oui puisque le prix des places ne semble pas avoir un impact manifeste sur le taux de remplissage.

En effet, l’OLB dispose de 400 places à 10 euros avec un taux de remplissage de 50 %. Pour le reste du palais des sports, ce taux est de 75 %. Le Palais des Sports dispose au total de 3200 places, la fréquentation moyenne est donc de 2300 places vendues par match.

Selon les chiffre de la LNB pour 2017-2018 la recette moyenne Pro A et Pro B confondus est de 6 euros par place.