Le tourisme à vélo en bord de Loire a le vent dans le dos

par | mars 4, 2019

Le tourisme à vélo est désormais une tendance de fond. Déjà plus de 3400 organismes peuvent se prévaloir aujourd’hui en France de posséder l’attestation « Accueil Vélo », ce n’est pas négligeable ! Il s’agit d’une marque nationale qui témoigne d’ un accueil et de prestations de bonne qualité sur les trajets cyclables sur tout le territoire français.

Il n’y a pas que les hôtels qui peuvent se prévaloir de cette reconnaissance. Toutes sortes d’établissements sont concernés comme par exemple les réparateurs de vélo, des brasseries… Une salle de spectacle ou même un artisan local peuvent y avoir droit. Si on fait l’inventaire, environ 1900 hôtels placardent ce logo, environ 300 boutiques spécialisées dans le vélo et une trentaine de restaurants seulement pour le moment.

Que faut-il faire pour devenir un accueil vélo ?

Un cahier des charges bien préparé doit être rempli pour escompter obtenir ce sésame. Citons notamment comme dispositions de se trouver géographiquement distant de moins de 5 Km d’une piste cyclable distinguée comme telle, être pourvu d’équipements spécifiques comme par exemple un endroit ou remiser sa bicyclette de façon sécurisée, ou des moyens de le bricoler sur place… ou mieux donner des services adaptés aux juillettistes à vélo : transfert de bagages, nettoyage et séchage du linge, location de vélos et accessoires…

L’accueil vélo à Orléans

Orléans compte bon nombre de partenaires disposés à accueillir des vélos, principalement des hôtels situé à proximité des bords de Loire que ce soit rive gauche ou rive droite. Le vélo à Orléans fait l’objet d’un plan de développement (un peu timoré certes mais qui existe). L’amélioration des voies sur berge fait partie des préoccupations des édiles. Au regard des statistiques sur le marché du tourisme à vélo, ce pourrait être un axe effectif de développement urbain. Les retombées financières ne sont pas du tout négligeables.

Le tourisme à vélo engendre un chiffre d’affaires appréciable. Au niveau français dans sa globalité, le chiffre d’affaires de la filière est expertisé à 2 Mds € soit 15.000 emplois à la clef. Un touriste à vélo dépense largement plus en moyenne qu’un touriste normal. On projette sa dépense supérieure de 100% à celle d’un touriste conventionnel soit 100 euros par jour contre 50 euros.

Des axes dédiés aux vélos, rayonnant depuis le bord de Loire vers le centre ville serait un excellent moyen d’y drainer une clientèle de qualité. Une pierre deux coups : 1- on améliore les infrastructures cyclables en centre ville pour les habitants et 2- on participe au développement économique de la cité avec un retour sur investissement chiffrable.

L’accueil vélo, une filière d’avenir ?

De plus en plus de grands établissements sautent le pas ce qui est clairement bon signe pour le futur de ce secteur touristique. A Épinal, notablement, l’hôtel Mercure, l’hôtel Kyriad ou encore l’hôtel Ibis font maintenant partie des établissements « Accueil Vélo ». Ils ne sont pas les seules : des municipalités aussi décident de se lancer car le business est juteux. De plus en plus de gîtes localisés en bord de Loire et non loin d’une piste cyclable sont des hébergements écologiques en bois et toiles, et donc transitoires.

Quelques statistiques sur le tourisme à vélo

La France est la deuxième destination au monde pour le tourisme à vélo après l’Allemagne, avec plus de 9 millions de séjours chaque année. Les étrangers représentent 25 % des touristes à vélo, dont une majorité d’Allemands, de Suisses et de Nord-Américains.

Les chaussées cyclables sont de plus en plus fréquentées. Entre 2016 et 2018, le volume de cyclistes s’est amplifié de plus de 16% ! Le tourisme à vélo est de fait une filière touristique active.|Lé vélo est donc un secteur important pour les hôtels et professionnels du secteur dans les mois Avec près de 40% de vélo-touristes en hors-saison (et de ce fait pas en été exclusivement) les vacances à vélo sont assez bien alternées sur toute l’année. De courageux cyclistes roulent même en hiver.

L’investissement des villes dans les infrastructures côtoie en 2018 les 1,5 milliard d’euros afin de répondre à ce marché porteur pour la France qui est toujours le pays le plus visité au monde, pôle de compétitivité de premier plan qu’il convient de soutenir face à la concurrence espagnole notamment.

Nos derniers articles

OLB en Jeep Elite : où se situe le club à l’aube d’une saison redoutable ?

OLB en Jeep Elite : où se situe le club à l’aube d’une saison redoutable ?

2 ans après sa descente en Pro B, l’OLB (Orléans Loiret Basket), le club de basket professionnel d’Orléans remonte en Pro A, désormais nommée Jeep Elite. Ainsi, la capitale de la région Centre de profiter d’une visibilité nationale dans un sport...

Pathé Orléans se modernise

Pathé Orléans se modernise

Le Cinéma Pathé Orléans situé Place de Loire propose depuis quelques jours de nouvelles bornes de réservation de places. Ces bornes remplacent les anciennes qui sont désormais hors-service. Un écran XXL L’impression qui se dégage de ces bornes – au premier...

[vidéo] Promenade sur les bords de Loire à Orléans centre

[vidéo] Promenade sur les bords de Loire à Orléans centre

Orléans doit beaucoup à la Loire. Autrefois, le fleuve royal abreuvait la ville en eau mais aussi en marchandises, ce qui fit sa richesse. Le chemin de fer a rebattu les cartes et Orléans c’est peu à peu éloignée de son poumon économique du temps jadis....