« J’adopte un composteur » : mission minceur sur les poubelles d’Orléans

par | mars 18, 2019

Voilà maintenant 15 ans qu’Orléans Métropole propose gratuitement un composteur pour les particuliers disposant d’un jardin, qu’ils soient propriétaires ou non. En échange, la participation a un atelier sur le compostage est obligatoire (gratuit lui aussi). C’est le sésame pour repartir avec votre composteur sous le bras… et surtout apprendre à bien composter !

L’opération « J’adopte un composteur », est relancée chaque année à l’approche du printemps. Logique, c’est à cette saison qu’on s’affaire le plus au jardin et que reprend le temps de la tonte. De quoi fournir rapidement de la matière au compost !

L’objectif de ce dispositif est triple : faire maigrir nos poubelles (en poids et en volume), valoriser les déchets organiques et promouvoir une pratique du jardinage sans produit chimiques. Et normalement au bout du compte, des poubelles moins lourdes cela devrait entraîner une baisse de la taxe d’ordures ménagères…à bon entendeur !

Adopter un composteur en 2 étapes très simples

Première étape : la demande de composteur se fait directement en ligne sur le site de l’agglo, et nécessite de choisir une date pour assister à l’atelier préalable. Cette année, les inscriptions ont ouvert le 11 mars 2019, et devrait se clôturer autour du 24 mai, en fonction du remplissage des places. http://web.orleans-metropole.fr/form/j-adopte-un-composteur

Seconde étape : assister à l’atelier de formation pour valider votre demande. Mais pourquoi rendre cet atelier obligatoire ?  Parce que l’on n’a rien sans rien, tout simplement !

Trêve de plaisanterie, c’est surtout pour convertir le plus grand nombre à cette pratique, qui semble de prime abord pas très agréable. La formation est là pour faire en sorte de vous former aux bons gestes et aux bonnes pratiques, afin que le compost ne devienne pas juste un tas de déchets au fond du jardin. Vous repartirez donc non seulement avec votre composteur, mais aussi avec un guide et des fiches conseils pour démarrer au mieux votre compost et l’utiliser à bon escient.

Deux types d’ateliers sont proposés. Les dates et horaires proposés sont variés, de façon à s’adapter aux disponibilités de chacun.

L’atelier théorique + pratique : sur 1h30, il se déroule d’abord en salle puis sur le terrain. Son but est d’observer concrètement un compost en activité et de voir une démonstration des gestes indispensables à son entretien. C’est la formule idéale si vous n’avez aucune idée de l’aspect d’un bon compost et des soins qu’il faut lui apporter. En plus, nos amis qui ont assisté à l’une de ces séances rapportent que c’est un moment plutôt convivial !

L’atelier rapide :  il va à l’essentiel en 1h, en salle uniquement. Il est destiné à apprendre les gestes indispensables pour bien démarrer votre compost. Parfait si vous êtes pressés ou si vous avez déjà des connaissances sur le sujet, et qu’il ne vous manque plus qu’un bac à compost.

Votre bac à compost : à la bonne place chez vous !

Parlons de ce fameux bac à compost. Vous êtes sûrement curieux de savoir à quoi il ressemble, ses dimensions, comment l’installer, s’il sera du plus bel effet dans votre jardin…

Quand on dit que vous repartirez avec sous le bras, ce n’est pas une image ! Les composteurs offerts par Orléans Métropole sont des modèles en kit, faciles à monter et normalement sans outil.

Pour vous faire une petite idée de son allure : ici. De couleur verte donc, ça fait plus « nature » et ça va avec toutes les plantes du jardin. Sa matière est très costaud et ne s’abîme pas au fil du temps, au contraire de modèles disponibles en grande surface qui ont tendance à décolorer et devenir cassants.

Avant de l’installer dans votre jardin, un peu de réflexion s’impose. Il s’agit de lui trouver un emplacement approprié et pratique. Tout d’abord, il faut le mettre sur un sol naturel : les vers pourront ainsi arriver par en-dessous et faire leur travail de décomposition dans vos déchets verts. Ensuite, un endroit mi-ombragé est préférable : les variations chaud/froid contribuent aussi au processus.

Par ailleurs, il est comme les plantes, il a besoin d’arrosage. Mieux vaut donc le situer de façon qu’il puisse recevoir la pluie, et non à l’abri d’un débord de toit. Certes, il a un couvercle me direz-vous. A notre sens, celui-ci a plus une fonction esthétique et il reste donc utile d’arroser votre compost manuellement si vous le laisser fermé. 

Pour finir, côté pratique, tout dépend des déchets principaux que vous aurez à y mettre. Plutôt des épluchures et des détritus de « cuisine » ? Prévoyez un seau à compost dans votre cuisine même ou sur un rebord de fenêtre. Une fois plein, un petit trajet dehors s’impose pour le vider, donc évitez peut-être de devoir traverser tout le jardin. Plutôt de l’herbe coupée, des détritus de jardinage ? Là, vous pouvez au contraire éloigner votre composteur, pour permettre d’éventuels débordements temporaires en période intensive de jardinage.

Bien soigner votre composteur : les règles de base

Vous avez gardé vos épluchures et vos déchets de tonte pour nourrir votre composteur dès son arrivée chez vous ? Que nenni, il a besoin de matière sèche dans le fond ! Petits morceaux de branchages, paille, ou feuilles mortes par exemple. Vous pourrez ensuite mettre par-dessus des déchets humides. Mais attention à maintenir un certain équilibre entre les éléments secs et humides. C’est ce qui garantit un bon processus de décomposition et fait la qualité du compost – et surtout, l’absence d’odeur nauséabonde !

L’idéal, c’est de brasser les nouveaux apports de déchets avec la couche inférieure, afin de mélanger les ingrédients. Le brassage doit aussi se faire régulièrement entre deux apports, afin d’aérer le compost et éviter la pourriture. Quelques exemples d’ingrédients secs : feuilles mortes, paille, coquilles d’œufs, cartons, papier essuie-tout, broyat de branches ou d’écorces…et d’ingrédients humides : épluchures, déchets de tonte et désherbage, restes de repas à base de légumes. Attention toutefois à la tonte, les volumes sont vite importants et risquent de déséquilibrer votre compost en apportant trop d’humidité.

D’après notre expérience, il est préférable d’utiliser votre tondeuse en mode « mulching ». L’herbe coupée est rejetée sur place et peut sécher, puis servir d’apport sec au compost. Au contraire, si votre compost est trop sec, hop, un peu d’arrosage comme nous l’évoquions précédemment. L’indicateur qui ne trompe pas sur un bon compost, c’est la présence de vers ! Ils participent activement à la décomposition en digérant les matières végétales.

En principe, 6 à 9 mois sont nécessaires pour obtenir du compost. Mais concrètement, comment savoir si le compost est « mûr » et bon à être utilisé au jardin ? Le compost, c’est comme en géologie, la couche la plus vieille est en-dessous. C’est donc le fond qu’il faut récupérer…plus facile à dire qu’à faire. Certains composteurs disposent de trappes pour aller gratter la couche du fond et prendre le bon vieux compost, mais ce n’est pas le cas de celui fourni par Orléans Métropole.

En réalité, la meilleure façon de collecter le compost mûr, c’est de tout retourner ! Cela fera un excellent brassage de plus, et vous pourrez vérifier la présence de vers ou autres bestioles éventuellement nuisibles. Soulevez votre composteur, c’est généralement assez facile mais on s’en prend plein les bottes ! Ensuite, remettez-le là où vous le souhaitez, puis procédez couche par couche, en partant du haut (la couche du haut allant tout au fond). Une fois que vous arrivez sur une couche bien foncée, homogène et qui sent la terre, vous y êtes !

A l’aide d’un tamis à larges mailles éliminez les morceaux trop gros et mettez-les de côté. Le compost tamisé se mélange avec de la terre ou du sable pour servir de support de culture ou d’amendement. Potager, plantations en pot, arbres fruities, fleurs, création de massif…il s’utilise partout au jardin et fera le plus grand bien à vos plantes !

Le régime alimentaire de votre composteur

Le composteur mange presque de tout ! Il adore les légumes, raffole des restes, accepte même le papier (essuie-tout, journal) en petite quantité. Attention cependant, pas de morceaux de viande ou de poisson : cela attire les nuisibles. Avec le guide remis par l’agglo, vous aurez la liste précise de ce que vous pouvez y mettre.

A nuancer toutefois, quand vous lirez qu’il faut éviter d’y mettre des agrumes. D’expérience, cela ne nous a jamais empêché d’obtenir un bon compost, et l’article du site Compost Challenge nous le confirme !

En fait, c’est l’usage final de votre compost qui déterminera son alimentation. Par exemple, pour une utilisation dans un potager ou un verger, vous ne pourrez y déposer que des déchets non pollués, et de la litière d’animaux végétariens. Notamment, pas de déchets d’herbe ou feuillage traités par des produits de synthèse.

De même, les déchets de végétaux attaqués par une maladie ou un parasite sont à éliminer par le feu ou dans les ordures courantes. Sinon vous risquez une propagation galopante dans tout votre jardin !

Nos derniers articles

OLB en Jeep Elite : où se situe le club à l’aube d’une saison redoutable ?

OLB en Jeep Elite : où se situe le club à l’aube d’une saison redoutable ?

2 ans après sa descente en Pro B, l’OLB (Orléans Loiret Basket), le club de basket professionnel d’Orléans remonte en Pro A, désormais nommée Jeep Elite. Ainsi, la capitale de la région Centre de profiter d’une visibilité nationale dans un sport...

Pathé Orléans se modernise

Pathé Orléans se modernise

Le Cinéma Pathé Orléans situé Place de Loire propose depuis quelques jours de nouvelles bornes de réservation de places. Ces bornes remplacent les anciennes qui sont désormais hors-service. Un écran XXL L’impression qui se dégage de ces bornes – au premier...

[vidéo] Promenade sur les bords de Loire à Orléans centre

[vidéo] Promenade sur les bords de Loire à Orléans centre

Orléans doit beaucoup à la Loire. Autrefois, le fleuve royal abreuvait la ville en eau mais aussi en marchandises, ce qui fit sa richesse. Le chemin de fer a rebattu les cartes et Orléans c’est peu à peu éloignée de son poumon économique du temps jadis....